Roscosmoe, why did the worm want to go to space? a pour but de développer une série d’expériences et de conceptions d’habitats autonomes bio-régénératifs pour évaluer le comportement du ver marin photosymbiotique Symsagittifera roscoffensis dans divers environnements gravitationnels, y compris en conditions de gravité zéro. Le projet interdisciplaire Roscosmoe vise à étudier le potentiel de la biodiversité terrestre et marine dans le champ de la recherche spatiale. Il relie les domaines de la biologie marine, du design, de l’anthropologie des sciences et de l’art intermédia.

Le rythme des marées est une manifestation gravitationnelle qui résulte des cycles lunaires. Les espèces qui habitent cette zone à l’interface entre la mer et la terre ont développé des adaptations qui nous éclaire sur les comportements dans des environnements fluctuants hyper-variables (life at the edges).

Le projet Roscosmoe emmène en voyage le Symsagitifera roscoffensis, un ver marin du littoral breton, un « animal-plante » de 3 à 4 mm de long, dont le mode de vie stimule la curiosité de la recherche en biologie. C’est en effet l’activité photosynthétique des micro-algues, qu’il héberge sous son épiderme, qui lui fournit l’essentiel de ses apports nutritifs. Ce partenariat est appelé photosymbiose, de photo « lumière » et symbiose « qui vit avec ». Ces animaux marins photosynthétiques vivent en colonies sur la zone de balancement des marées sur le littoral atlantique.

La biologie de S. roscoffensis fait de cette espèce marine un modèle potentiel pour la mise au point de systèmes de vie autonomes bio-régénératifs appliqués à la recherche spatiale : production d’oxygène, recyclage du CO2 et des déchets du métabolisme azoté de l’animal par les micro-algues hébergées, capacités régénératives des tissus (dont le cerveau), autonomie énergétique (« photosynthèse embarquée »). C’est la maîtrise du cycle de vie en laboratoire à la Station Biologique de Roscoff (Finistère) qui permet aujourd’hui d’envisager la conception de protocoles de recherche impliquant ce modèle marin dans le domaine spatial.

Roscosmoe vise à faciliter la construction d’un module autonome dont l’objectif sera de maintenir à long terme les conditions écologiques en circuit fermé d’une colonie de vers marins S. roscoffensis. La méthodologie du design du module Roscosmoe est mise en œuvre par une équipe pluridisciplinaire composée de scientifiques, d’artistes, de designers et de chercheurs en sciences humaines.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Symsagittifera_roscoffensis

PARTENAIRES :

Laboratoire Modèles Marins Multicellulaires M3, Station Biologique de Roscoff (CNRS-Sorbonne Université), France
ART2M / Makery, Paris, France
Association Ping, Nantes, France
Fondation Daniel et Nina Carasso, Paris, France (2016-2017)
Postgravityart, Institut Delak, Ljubljana, Slovénie
Académie slovène des sciences et des arts, Ljubljana, Slovénie
Waag Society, Amsterdam, Pays-Bas
Fédération – Open Space Makers, France

Roscosmoe a reçu en 2020 l’aide au développement du Dispositif pour la Création Artistique Multimédia (DICRéAM) du Centre National de la Cinématographie (CNC)

This page is also available in / Cette page est disponible en : English

© Copyright Roscosmoe - Tous droits réservés | Partners | contact{at}roscosmoe.org